vendredi, 23 mars 2018 17:00

enfants précoces

Écrit par
Évaluer cet article
(0 Votes)

Mon enfant est-il surdoué ?

Voilà bien une question que j'ai refusé de me poser malgré les remarques de l'entourage. Il faut dire que lorsqu'on n'est absolument pas informés sur la douance, on peut facilement passer à côté tellement l'image qu'on s'en fait est souvent éloignée de la réalité.

Pourtant, les interrogations au sujet de notre deuz étaient bien là. Des relations compliquées à partir de la fameuse période du "terrible two" (qui semble s'être calmée à partir de 5 ans...), des difficultés d'apprentissage malgré un esprit vif... plusieurs petits signaux qui auraient pu nous mettre la puce à l'oreille si nous avions su avant. Nous pensions que le problème était d'ordre psychologique. Consulter un psy dans l'espoir de trouver, si ce n'est une solution, au moins une explication à cette relation éprouvante? Nous avons tenté. Deux consultations qui n'ont pas répondu à nos espoirs, nous avons laissé tomber pensant qu'on s'en sortirait tout seul.

Après plusieurs années de doutes, d'errance, de pas en avant puis en arrière, nous avons décidé de ne plus reculer. En niveau CE2, je commençais à avoir peur que de légères difficultés d'apprentissages n'aient de plus grandes conséquences si nous attendions plus longtemps.

C'est donc la porte d'une psychomotricienne que nous avons poussée. Motif de la consultation : lenteur dans l'écriture qui devient problématique, graphisme en régression, difficulté de concentration. Le bilan psychomoteur nous a appris que notre fils n'avait aucun trouble particulier. Mais qu'il avait une grande maturité intellectuelle. Je m'étais renseignée sur les troubles dys (dyslexie, dyspraxie, dysorthographie...), sur le TDAH (trouble de l'attention avec ou sans hyperactivité). Mais alors "surdoué" !! Nous avions eu quelques remarques à ce sujet mais j'étais restée sceptique et les entendais comme une façon de parler. Quand on pratique l'instruction en famille, nous manquons de repères par rapport aux autres enfants, et c'est d'autant plus difficile de déceler une précocité intellectuelle, quand toute votre tribu est précoce et que c'est donc votre normalité!

Ce bilan a également permis de déceler une myopie chez mon fils !  C'est pourquoi si vous remarquez des détails chez votre enfant qui vous posent question, n'attendez pas, allez consulter ! Ce peut être le point de départ qui vous mettra sur une piste que vous n'aviez même pas envisagée.

La psychomotricienne nous a conseillé de faire passer un test de QI à notre garçon de 8 ans. Le résultat fut clairement établi : il faisait parti de ses profils dits à "haut potentiel", synonyme de: surdoué, EIP (enfant intellectuellement précoce), HPI (haut potentiel intellectuel) ou encore celui que je préfère: "zèbre" (le terme de Jeanne Siaud Faccin).

Nous avions tous hâte de savoir si ceux qui l'avaient préssenti s'étaient trompés ou pas. Et pourtant, quand nous avons eu enfin la confirmation qu'il était câblé différemment, je me suis sentie démunie. Autant qu'avant. 

Que pouvais je faire de plus ? Les différentes lectures sur le web ne m'apportaient pas d'aide. En fait, je ne savais pas quoi penser de tout ça, qu'est ce que ça voulait dire au final être surdoué?

C'est en découvrant le livre de Jean-Charles Terrassier et Philippe Guillou que les choses ont commencé à faire sens. 

Mais est-ce si important de savoir si son enfant a un profil de surdoué ?

Incontestablement, oui ! Parce que les profils "haut potentiel intellectuel" ne fonctionnent pas comme les autres. La douance n'est pas une intelligence supérieure, mais différente. C'est pourquoi c'est tout aussi important de le déceler même pour les enfants qui semblent ne rencontrer aucune difficulté dans leurs apprentissages, ou leur quotidien en général.  Leurs besoins sont différents et passer à côté de ces particularités peut avoir des conséquences regrettables sur le plan scolaire ou affectif. 

Savoir plus tôt que nous avions à faire à un petit zèbre aurait peut être évité nombreuses incompréhensions. Mon fils m'a confié récemment être content et soulagé d'avoir passé le WISC V (le test de QI pour les enfants de 6 à 16 ans dans sa dernière version). Enfin, il peut s'expliquer ce qu'il se passe dans sa tête. Depuis, il est effectivement bien plus épanoui. L'instruction en famille semble être la plus adaptée à nos yeux tant la prise en charge de ces enfants est inexistante dans notre système scolaire. (A ce sujet, j'ai beaucoup aimé cette citation de J.C. Terrassier : "Imposer une classe scolaire en fonction de l'âge et non par niveau individuel est équivalent à imposer une pointure en fonction de l'âge et non de la taille du pied").

Savoir, nous a également rendus plus éclairés quant à nos autres enfants. Notre 5 ans présente le même profil avec des caractéristiques de douance encore plus affirmées que nous sommes plus à mêmes de relever aujourd'hui. Nous avons également une attention différente à l'égard nos deux autres enfants de 7 et 10 ans qui ne posent aucune difficultés au quotidien mais qui sont très en avance et donc probablement zèbres aussi. Eh oui, il existe plusieurs profils de surdoués.

Vous trouverez grand nombre des réponses à vos questions sur la douance dans Le Guide pratique de l'enfant surdoué car il est très complet. Jean-Charles Terrassier, psychologue et fondateur de l'ANEIP (association nationale pour les enfants précoces), est un spécialiste en matière de douance et scolarité. C'est ,selon moi, le livre incontournable lorsqu'on veut s'informer sur les enfants intellectuellement précoces.

Si vous êtes décidés à faire passer un test de QI à votre enfant, nul besoin de prescription. Il faut prendre rendez-vous avec un psychologue habilité à faire passer le test dans sa dernière version (le WPPSI IV pour les enfants jusqu'à 5 ans, le WISC V pour les enfants de 6 à 16 ans). Je vous conseille de bien vous renseigner sur le spécialiste choisi afin d'assurer de sa compétence à faire passer ce type de test et à en tirer un bilan juste. Un premier rendez-vous de prise de contact vous permettra déjà de sentir si vous et votre enfant avez un feeling ou non avec la personne. Il peut vous être proposé des tests de personnalité (tests projectifs) en complément qui permettent de mieux cerner la personne d'un point de vue affectif.

Tarif : il faut compter entre 200 et 300 €

Sommaire du livre Le Guide Pratique de l'enfant surdoué

Les caractéristiques du surdouement

Découvrir l'enfant surdoué

Qu'est-ce-qu'un surdouté?

Les signes extérieurs

Les tests de QI

Les caractéristiques de l'enfant surdoué
Les différents types de surdoués

Lles différences dues au QI

Les créatifs

Les surdoués et les Talentueux

Complément: les cas particuliers

L'évolution du surdoué

Le risque d'échec scolaire

Les risques psychologiques

La vie d'adulte

L'éducation du surdoué

Passer les tests de QI

Ce grand chapitre vous donnera tous les renseignements sur les tests de QI (où les passer? Quels tests? Comment comprendre le résultat....).

L'éducation scolaire

Les adaptations nécessaires

Le système français

L'éducation à la maison

L'éducation émotionnelle

L'éducation intellectuelle

Compléments: quelques théories psychologiques

 

 

Lu 625 fois
Plus dans cette catégorie : « Education positive: Règle 1

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

couches lavables

Envie de vous lancer mais vous ne savez pas par où commencer ? Nos fiches conseils vous aideront à y voir plus clair...

Fiche conseil sur les couches lavables

A découvrir bientôt

Fiche conseil sur le portage de nos enfants

A découvrir bientôt

Fiche conseil sur les repas végétariens